A- A A+

06 / 01
2015
Pour faire face à la pénurie de sable de Loire, la Fédération des maraîchers nantais s'est retroussée les manches. Les expérimentations qu'elle mène actuellement sur toutes sortes de sable offre des résultats encourageants et surprenants pour l'avenir de la mâche.

Les maraîchers du bassin nantais testent différents sables dans le cadre du projet Sama.Avec 500 000 tonnes de sable utilisées par an pour le maraîchage, la Fédération des maraîchers nantais a du souci à se faire quant à la baisse de la ressource. Moins depuis quelques années. "Suite à l'interdiction d'extraction de sable de Loire en 1992, l'activité s'est relocalisée en mer près de Noirmoutier. Une solution alternative certes, mais plus coûteuse en terme de transport", explique Régis Chevallier, technicien en charge du développement durable à la Fédération des maraîchers nantais.

En 2007, la fédération tire la sonnette d'alarme lorsque le quota d'extraction est atteint : "Juste avant la période de semis de la mâche, les maraîchers se sont retrouvés coincés : tous les stocks avaient été vendus aux professionnels de la construction." La signature d'une charte, en 2009, permet alors de trimestrialiser le quota. "Notre besoin de sable en qualité et en quantité a été reconnu par tous les acteurs du marché. En contre partie, les maraîchers se sont engagés à interroger leurs pratiques et réduire leur consommation."

C'est la naissance du projet Sama (pour SAble MAraîcher) pour un coût de 312 000 €, avec un soutien régional de 124 880 €. De 2013 à 2015, une exploitation pilote expérimente 15 types de sables différents, issus de granulats et d'origine variés : sable concassé de carrière, sable marin mais aussi sable de Loire. "Nous voulions tout reprendre à zéro pour évaluer les performances de chaque sable. Les analyses ont donné raison à l'usage historique : le sable de Loire est arrivé en tête. Mais nous avons aussi été surpris : l'utilisation de certains sables de carrière a été approuvée par l'expertise scientifique."

Sur les 160 producteurs que compte la fédération, 40 sont aujourd'hui en phase de test sur leurs cultures. "La fédération poursuit son accompagnement en mesurant l'aspect qualitatif et mécanique des sables sur le terrain. Et notamment le sable marin alluvionnaire, imposé par la certification européenne IGP pour la culture de la mâche nantaise. Tout ceci est bénéfique pour la filière puisque nous avons aujourd'hui sept fournisseurs au lieu de quatre. Il y a donc une émulation pour tendre vers l'excellence à un prix compétitif. Ce n'est pas rien puisqu'en moyenne, sur une exploitation maraîchère de plein air, le sable représente le 2ème poste de charge après la main d'œuvre."

Pour en savoir plus : www.maraichersnantais.fr

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information