A- A A+

17 / 11
2015
Surffeol, c'est le nom de ce projet mené par l'Université de Nantes pour évaluer en temps réel "l'état de santé" des éoliennes en mer. Porté par le chantier naval STX, il est d'ores et déjà annoncé comme une première mondiale… née du savoir-faire ligérien.

À Nantes, les chercheurs de l'Université veulent allonger la durée de vie des éoliennes en mer.L'éolien en mer ? Une filière de plus en plus prometteuse qui pourrait représenter 13 à 16 % de la consommation électrique de l'Union Européenne en 2030. Pour évaluer la capacité des éoliennes à supporter les conditions du milieu marin, les chercheurs de l'Université de Nantes* sont au travail.

Au titre du projet Surffeol - Surveillance et fiabilité des fondations d'éoliennes - leur mission est de mieux comprendre les mécanismes responsables des dégradations sur les fondations des éoliennes offshore. Trois phénomènes distincts sont passés au crible depuis avril 2014.

"Les fondations des éoliennes sont constamment érodées par la corrosion, la biocolonisation (algues, huîtres…) et l'usure naturelle, source de potentielles fissures", indique Franck Schoefs, professeur des universités et référent sur les énergies marines renouvelables auprès du président de l'Université de Nantes. "Le projet est donc de mieux maîtriser les fondations dès leur conception pour réduire l'ensemble des coûts de la chaîne de production, d'installation et de maintenance."

"Concrètement, notre but est de créer un modèle numérique qui rende compte de l'état de santé des éoliennes au moyen de capteurs intelligents : une sorte de "monitoring" qui lance des alertes en temps réel et permette ainsi d'anticiper les décisions."

Un projet sur trois ans de 1,8 M€

Porté par le chantier naval STX, le projet Surffeol s'étend sur trois ans pour un coût global de 1,8 M€, avec une aide de 800 000 € de la Région des Pays de la Loire. Dans un an, STX aura la primeur de ces fondations uniques au monde grâce à leurs équipements de surveillance intégrés, avant qu'elles ne soient mises sur le marché.

"Nous devons cette innovation à notre écosystème économique : l'un des plus denses au niveau européen. C'est toute cette chaîne d'acteurs qui nous permet de gagner un à deux ans d'avance sur la concurrence internationale."

* Les deux laboratoires de l'Institut de recherche en génie civil et mécanique (Gem) et de Mer Molécules Santé (MMS) à Nantes.

Pour en savoir plus : www.univ-nantes.fr

Infos par départements

Infos par départements Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

Recherche

Recherche d'articles

Tout cocher

Par départements :

Tout cocher

Par thématiques :

Mon compte / alerte mail

Qui sommes-nous ?

Créé en janvier 2012, Le Fil des Territoires est un service de diffusion d'informations sur l’action publique des Pays de la Loire.

> Lire la suite...

Vidéos

Haut de page

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus sur les cookies et savoir comment demander leur suppression, consultez nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK
EU Cookie Directive Law Information